La Société Française de Musicothérapie remporte le Trophée de la Santé de Côte d’Or dans la catégorie Relation Soignant-Patient

Le 27 novembre dernier, à l’occasion de la Journée de la Santé de Côte d’Or organisée par le quotidien régional Le Bien Public, en collaboration avec de nombreux acteurs de la santé, la Société Française de Musicothérapie a remporté le Trophée de la Santé, dans la catégorie Relation Soignant-Patient. Cette distinction vient récompenser le protocole de prise en charge des personnes âgées atteintes de démences de type Alzheimer, présenté par la SFM en mars dernier au terme de plusieurs années de recherches, sous la direction de Patrick Berthelon.

 Un protocole musicothérapeutique unique distingué

 Patrick Berthelon, Président de la Société Française de Musicothérapie, s’est vu remettre, mercredi 27 novembre dernier, le Trophée de la Santé de Côte d’Or, dans la catégorie Relation Soignant-Patient, à l’issue de la Journée de la Santé de Côte d’Or, organisée par le quotidien régional Le Bien Public en collaboration avec le CHU Dijon Bourgogne, le Centre Georges François Leclerc, les Hospices Civils de Beaune, le groupe AG2R La Mondiale, BF Care, Umdpc Santé, Crossject, l’Assurance Maladie et Dijon-Santé.fr.

Ce Trophée vient récompenser le protocole unique de prise en charge des personnes âgées atteintes de démences de type Alzheimer, fruit de plusieurs années de recherches menées sous la direction de Patrick Berthelon.

Déjà mis en pratique au sein de plusieurs EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) de Bourgogne Franche Comté, ce projet a bénéficié du soutien de l’Agence Régionale de Santé, du Pôle de Gérontologie et d’innovation, de l’Université de Bourgogne et du PADEM.

Un protocole centré sur le patient, qui inclut, mobilise et préserve aussi les soignants et la famille

Le modèle élaboré vise à mutualiser les compétences des différents intervenants autour de la personne âgée dépendante.

Ainsi, familles, soignants, animateurs et de façon générale, tous les acteurs qui participent à la vie des EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), contribuent, dans le cadre de ce modèle, à reconstituer le calendrier autobiographique sonore et musical des résidents.

Le musicothérapeute utilise cette ressource pour conduire ses séances et contribue également, de son côté, à aménager l’environnement sonore de l’institution pour faciliter les soins, conforter les repères des résidents, harmoniser leur reflet identitaire, améliorer ou maintenir leur potentiel de communication ainsi que la dynamique sociale au sein de l’institution.

Tel qu’il est conçu, le modèle de musicothérapie en gériatrie accompagne donc le résident, le personnel de l’institution et la famille. Il vise le bien-être et l’identité même de la personne, le maintien de ses repères sociaux et familiaux ainsi que le maintien des capacités cognitives et intellectuelles. Il vise également à diminuer le sentiment de culpabilité de la famille vis-à-vis de son parent en renforçant son implication dans sa prise en charge.

Enfin, en améliorant l’attention portée au patient par le soignant, il renforce le lien et offre au soignant une ressource unique pour contribuer à réduire l’anxiété et la douleur du patient, ce qui, dans le même temps contribue à réduire les risques psycho-sociaux au sein de l’institution.

Un ouvrage dédié

Le protocole et la méthodologie élaborés par la SFM sont désormais au cœur d’un ouvrage signé Patrick Berthelon, paru en septembre aux éditions du Non-Verbal : Musicothérapie en Institutions Gériatriques – Modèle Berthelon – La dignité d’être.

Dupliquer le modèle à l’échelle nationale et pour d’autres maladies neuronales

 Eprouvé à l’échelle régionale, ce modèle va maintenant pouvoir être dupliqué dans d’autres zones géographiques de France mais aussi auprès d’autres groupes de bénéficiaires (autres maladies neuronales).

Ce déploiement laisse en outre entrevoir la perspective de nombreux postes de musicothérapeutes formés au modèle, dans les institutions.

Contact presse :

Patrick Berthelon

Président de la Société Française de Musicothérapie

Musicothérapeute au CHS de Dijon

03 80 66 22 55 – 06 89 28 82 21

pberthelon.sfm@gmail.com

 

Organisée par le quotidien régional Le Bien Public, en collaboration avec des nombreux acteurs de la santé, La Journée de la Santé de Côte d’Or propose une série de conférences ainsi que des Trophées mettant en valeur les innovations et initiatives locales les plus remarquables en matière de santé. https://www.lajourneedelasantecotedor.fr/

Le temps depuis le bébé. La disponibilité de l’entourage, facteur du développement cognitif du bébé

MF Livoir-Petersen, Périnatalité, volume 11 numéro2, juin 2019, pp 86-92, publié en ligne le 9 octobre 2019, DOI https://doi.org/10.3166/rmp-2019-0051

 

Résumé:

« Comment les interactions d’un bébé avec son milieu donnent-elles naissance à des catégories discrètes, impliquant des objets et des personnes en référence à un cadre spatio-temporel partagé ? Quels facteurs contribuent à la construction de ses représentations ? Quelle part y prend le temps ? Comment est-il lui-même représenté ? Nous adopterons l’approche du psychologue A. Bullinger, qui considère que l’élément décisif dans ce processus est l’intégration des signaux sensoriels produits par l’organisme aux signaux toniques générés par sa motricité. Les liaisons de ces deux types de signaux, les uns en rapport avec les flux irritant ses capteurs, les autres issus de son engagement moteur, seraient simultanément la clef de l’installation des conduites instrumentales et du phénomène de représentation. L’entourage joue un rôle spécifique. Le bébé trouve dans +la disponibilité des personnes qui s’occupent de lui un miroir sensoriel multimodal correspondant de manière synchrone et isomorphe à ses mimiques, ses ajustements posturaux, ses mouvements. Lorsque les moments de dialogue tonicoémotionnel ne peuvent être inscrits dans le projet de soin, on peut s’attendre à une perte de chances dans son développement cognitif et son autonomie ultérieure. Un peu de temps pour un gain de temps la vie durant ?»

Acheter l’article

De l’état-limite aux situations-limites : Contribution à la compréhension écologique et phénoménologique de la personne borderline

ENGLEBERT, Jérôme. De l’état-limite aux situations-limites : Contribution à la compréhension écologique et phénoménologique de la personne borderline. Phainomenon, [S.l.], n. 28, p. 159-183, feb. 2019. ISSN 2183-0142. Available at: <http://phainomenon-journal.pt/index.php/phainomenon/article/view/375>. Date accessed: 06 nov. 2019.

Résumé: “ Ce   travail   a   pour   ambition   de   participer   à   la   compréhension   écologique   et phénoménologique  des  personnes  présentant  un trouble  de  la  personnalité  borderline en analysant le rapport aux «situations-limites», concept énoncé, il y a un siècle, par Karl Jaspers. Cette étude permet de dépasser le débat nosographique auquel l’entité est souvent  confinée  consistant  à  la  définir  comme  un  trouble  «situé»  entre  névrose  et psychose. Les cinq situations-limites (décrites par Gabriel Marcel dans une introduction aux propositions de Jaspers) –(1) la situation historique, (2) le combat amoureux, (3) la  souffrance,  (4)  la  culpabilité  et  (5) la mort –s’avèrent être des situations cruciales dans lesquelles l’existence limite se manifeste de façon spécifique. De façon centrale, nous  observons  que  les  particularités  du  vécu  des  situations-limites  du  borderline reposent sur une temporalité de l’instantanéité et de l’immédiateté et impliquent un rapport particulier à autrui. Enfin, l’état-limite semble remettre en cause cette tendance primordiale suggérant que tout homme est voué à s’inscrire dans le temps, à aimer, à culpabiliser, à souffrir et fuir cette souffrance, à mourir et à organiser sa vie en tenant compte de cette condition de finitude.»

Lire l’article

Clinique de l’attente anxieuse en gériatrie

Schoenenburg Sylvie, Dreuil Daniel, Boury Dominique, « Clinique de l’attente anxieuse en gériatrie », Le Journal des psychologues, 2019/9 (n° 371), p. 58-63. DOI : 10.3917/jdp.371.0058. URL : https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2019-9-page-58.htm

Résumé : « En s’appuyant sur l’analyse de cas rencontrés dans leurs pratiques de soins, un groupe de recherche pluriprofessionnel a étudié le phénomène d’attente inconfortable ou anxieuse en gériatrie. Ce travail a permis le repérage de l’impact psychologique des vécus d’attente et la mise en lumière de facteurs susceptibles d’aggraver ou de diminuer le vécu pénible lié à l’attente. Dans la dynamique du « prendre soin », les auteurs ouvrent à des propositions de réponses.
L’attente est une expérience courante de la vie quotidienne, le dictionnaire la définit comme « l’action d’attendre quelqu’un, quelque chose, de compter sur quelqu’un, sur quelque chose » (Larousse). Elle fait référence à un objet virtuellement présent : actuellement absent ou à venir. L’attente représente aussi un temps, une durée, l’écart temporel entre le moment actuel et le moment où quelqu’un ou quelque chose peut ou doit advenir. Cette perspective orientée vers l’avenir fait que l’expérience d’attente est souvent associée à celles de la prévision, de l’espoir, mais aussi de l’incertitude. Et, de fait, les attentes associées à une grande incertitude peuvent former des expériences pénibles.
Dans Le Temps vécu (Minkowski, 1995), Eugène Minkowski (1885-1972) développe une analyse phénoménologique de l’attente. Pour cet auteur, l’attente n’est pas seulement un vécu temporel. C’est aussi un vécu psychologique et physique d’immobilisation et d’« activité suspendue ». Cette opposition entre attente et activité est aussi thématisée par Pierre Janet (1859-1947), pour qui l’attente représente une conduite humaine qui consiste à différer l’action (Janet, 1927-1928).»

Acheter l’article

L’interaction vocale mère/nouveau-né : la communication à l’aube de la vie

Sara Dominguez. Thèse présentée et soutenue publiquement le 24 février 2017 en vue de l’obtention du doctorat de Psychologie de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Mme Maya GRATIER ET M. Emmanuel DEVOUCHE

Résumé de la thèse:

« Autour du deuxième mois, le bébé acquiert une nouvelle compétence vocale qui est associée à une capacité à s’engager dans des échanges vocaux caractérisés par une alternance entre les 2 partenaires. Cependant, l’émergence des compétences communicatives du bébé dans la période néonatale reste méconnue. Dans la présente recherche, nous souhaitons explorer la capacité de communication du nouveau-né, à travers l’étude de l’interaction vocale avec sa mère. Quinze mères et leur nouveau-né nés à terme ont été enregistrés à la maternité lors d’un moment d’interaction à 2 à 4 jours de vie. Les enregistrements ont été analysés selon 3 angles de vue : celui du discours de la mère, celui de l’organisation temporelle des vocalisations des 2 partenaires, et celui de la qualité des vocalisations du nouveau-né. Nos résultats suggèrent que la mère s’accorde à l’état d’éveil de son nouveau-né et le considère comme un partenaire à part entière dans l’échange. De plus, l’interaction vocale est composée de séquences de prise de tour reposant sur une participation vocale active du nouveau-né. Une fenêtre temporelle de 1 seconde semble être la fenêtre appropriée pour apprécier la contingence sociale dans la période néonatale. De même, la durée de la vocalisation semble être le paramètre sur lequel les mères se basent pour percevoir l’intention communicative dans les vocalisations du nouveau-né. L’état d’éveil 5 a un statut particulier dans la production de vocalisations du nouveau-né. Dans son ensemble, cette recherche suggère que le nouveau-né communique de manière intentionnelle, et que les états d’éveil jouent un rôle important dans la communication dans la période néonatale. »

Lire la thèse

Trophée pour la santé attribué à la SFM!

La SFM a reçu, le 27 novembre 2019, le trophée pour la santé, catégorie relation soignants/patients, pour son modèle en gériatrie développé par Patrick Berthelon

La compréhension de la métaphore chez l’adolescent dysphasique

Inès Leclercq. La compréhension de la métaphore chez l’adolescent dysphasique. Médecine humaine et pathologie. 2013. ffdumas-01504589f

Résumé : « « Il tombe des cordes », « il a perdu le nord », « cet enfant est un cochon »… Quotidiennement, nous faisons usage de métaphores comme celles que nous avons citées. Ainsi, de par la fréquence d’utilisation du langage métaphorique, son accès est essentiel dans la vie courante. Dans le cadre de cette recherche, nous nous sommes intéressée à la dysphasie qui est décrite comme un trouble sévère et spécifique de l’acquisition du langage. Constatant les difficultés de maîtrise du langage oral éprouvées par les dysphasiques, nous avons cherché à déterminer si la compréhension d’un langage métaphorique leur est possible. Dans ce travail, nous nous sommes également attachée à mettre en évidence la façon dont ils appréhendent les métaphores. De façon théorique, nous nous sommes consacrée dans un premier temps, à la description des étapes d’acquisition du langage oral afin de pouvoir ensuite détailler les difficultés propres aux sujets dysphasiques. Enfin, nous avons tenté de délimiter le concept de métaphore. Nous avons donc orienté notre recherche sur la compréhension des métaphores à travers deux épreuves proposées à trente adolescents dysphasiques. L’analyse des résultats obtenus en interprétation met en évidence qu’une part importante d’adolescents se situe au-dessus du seuil de pathologie. Nous remarquons que les métaphores mal interprétées ne sont, en majorité, pas comprises de façon littérale. Nous constatons également que les capacités de compréhension peuvent varier en fonction de la métaphore elle-même ou du type de métaphore présenté.»

Lire le mémoire 

Identité sexuée, bisexualité psychique et anorexie mentale

Boutinaud Jérôme, « Identité sexuée, bisexualité psychique et anorexie mentale », Le Carnet PSY, 2019/7 (N° 228), p. 35-38. DOI : 10.3917/lcp.228.0035. URL : https://www.cairn.info/revue-le-carnet-psy-2019-7-page-35.htm

Résumé : « Les notions d’identité sexuée et de bisexualité psychique apparaissent comme constituant deux facettes fondamentales du rapport du sujet tant à son sexe anatomique qu’aux représentations touchant à la différence des sexes, au féminin et au masculin.
L’identité sexuée (Chiland, 1985) invite à considérer un élément constitutif du narcissisme, relatif au sentiment de se sentir exister au travers de son sexe anatomique, un sentiment d’identité relativement stable. Christian David, lui, évoque le rôle de médiateur de la bisexualité psychique : il s’agit d’une forme de médiation dite bisexuelle, soit la possibilité, au sein de l’appareil psychique, d’entretenir un jeu relativement souple de représentations touchant au féminin et au masculin. Posséder en soi une sorte de double de l’autre sexe de façon potentielle n’empêche nullement la reconnaissance de la différence des sexes : « au contraire, c’est l’absence ou les insuffisances d’une telle réplique qui l’interdisent ou l’altèrent. La bisexualité, c’est là un de ses paradoxes, source d’étrangeté, se donne aussi comme accès à l’étranger » (1975, p 703).
Ces éléments théoriques pouvant se répondre, il serait ici possible de dire que l’ancrage autorisé par l’avènement de l’identité sexuée se trouve nuancé par la mise en action de la bisexualité psychique : se sentir suffisamment habiter son sexe tout en pouvant faire appel aux représentations du féminin et du masculin à l’intérieur de soi, dans une dynamique de cohabitation créative qui pourrait prendre place dans le champ des phénomènes transitionnels décrits par Winnicott…»

Acheter l’article

Draw my news, la musique thérapeutique

La musique peut avoir un effet positif sur les dépressifs, les victimes d’AVC, les malades d’Alzheimer…

Voir la vidéo

Stages janvier 2020

  • 3 jours de sensibilisation à la musicothérapie  Atelier de Musicothérapie de Bordeaux du 14 au 16 janvier 2020

 

  • 3 jours de sensibilisation à la musicothérapie  Atelier de Musicothérapie d’Ile de France du 20 au 22 janvier 2020

 

  • Sensibilisation à la musicothérapie  Atelier de Musicothérapie de Bourgogne du 27 au 29 janvier 2020