Chanter l’extase : approche psycho-cognitive de la musique dans les rituels de transe soufis

 

Résumé de la thèse d’Amélie PAVARD et cliquer ici pour lire la thèse

Cette thèse propose d’étudier le rôle de la musique dans des contextes émotionnels intenses. Dans les rituels d’invocation de Dieu, les soufis tentent d’accéder à un état spirituel supérieur en s’approchant de la connaissance immanente du monde divin. La confrérie šaḏiliyya place la musique au cœur de ce processus: l’écoute de poèmes d’amour mystique chantés, puis la production collective de gestes dansés porte l’émotion à son paroxysme, en une extase contemplative (wajd). Entre ethnomusicologie et psychologie cognitive, cette thèse présente des pistes de réflexion pour l’étude des musiques vocales de tradition orale et leur expressivité. Dans un premier temps, une étude ethnographique dépeint le quotidien d’une confrérie damascène, pour tenter de déterminer les éléments musicaux pouvant être source d’émotion. Après une exposition des théories psychologiques cognitives de l’émotion, une analyse musicale acoustique s’intéresse plus particulièrement aux stratégies de deux interprètes.