Bonjour à tous,

Notre rubrique “cas cliniques” a besoin d’être alimentée!

Vous êtes musicothérapeute certifié? Vous souhaitez partager votre expérience professionnelle?

Si vous souhaitez participer aux publication mensuelles de la SFM, et partager un cas clinique, c’est possible.

Pour cela nous vous invitons à prendre contact avec nous. Nous étudierons votre proposition attentivement!

A bientôt peut-être !

E. est une jeune fille de 13 ans. Cadette d’une fratrie de 3 sœurs, elle est placée en MECS depuis février 2019. Elle a effectué un bilan psychométrique auprès d’un psychologue scolaire. Son fonctionnement intellectuel et cognitif se situe dans une zone de déficience légère. Elle est donc orientée en dispositif ULIS depuis son entrée en 6ème. Elle est discrète, a le regard fuyant et verbalise très peu ses émotions et ressentis. Elle semble parfois déconnectée et ne répond à mes sollicitations que par « oui » ou « non » et n’est pas très loquace. Elle participe sans rechigner aux séances de musicothérapie sans vraiment y porter un grand intérêt et est très passive.

 

Avec une certaine passivité, elle participe aux séances de manière assez mécanique, en restant très influencée par ses sœurs qui font partie du même groupe en musicothérapie. Elle est influençable et a du mal à s’imposer et à prendre la parole dès lors que la confusion ou l’excitation gagne le groupe. E. a de bonnes relations dans le lieu de vie dans lequel elle réside à la MECS, ses sœurs n’étant pas dans le même groupe de vie qu’elle. Les éducateurs que je rencontre chaque semaine avant la séance me rapportent qu’elle vit bien dans le groupe, a des camarades et est bien intégrée. Elle attend les séances comme une rencontre et des retrouvailles avec ses sœurs.

 

Concernant le contexte parental, […]

 

Pour accéder à la suite de l’article, veuillez vous connecter à votre espace adhérent!

Pour accéder au contenu, merci de vous connecter à votre espace adhérent

Anamnèse du patient

Madame P. a 77 ans lorsque je la rencontre à l’Unité d’Accompagnement (UA) de la clinique gériatrique de Vaugneray. Depuis le décès de son mari survenu en 2015, Madame P. a été hospitalisée à de nombreuses reprises pour des délires paranoïaques. En 2019, un essai pour intégrer un EHPAD s’est soldé par une ré-hospitalisation à cause d’un fonctionnement très critique et clivant envers les soignants allant jusqu’à se scarifier. C’est à la suite de cet évènement qu’elle intègre l’UA.

Quand j’arrive dans le service, Madame P. est présente dans l’unité depuis 6 mois. Très critique envers les autres, Madame P. est peu appréciée aussi bien par les autres résidents que par les soignants. Si le lien se créé facilement, sa souffrance psychique projetée sur l’autre complique fortement la relation. Le moindre fait ou parole va être interprété pour elle comme une preuve supplémentaire de la maltraitance de son entourage, de son environnement. Très méfiante vis-à-vis des autres, Madame P. peut en même temps exprimer un besoin de contenance, d’aide quand elle est très angoissée auprès des soignants rendant la relation ambivalente. Ses angoisses importantes s’expriment aussi par de nombreuses plaintes et parfois des difficultés à respirer, se tenir debout ou marcher.

Madame P. participe souvent aux animations proposées dans l’EHPAD, notamment celles dont le sujet est la musique. Elle a une grande culture musicale et apprécie ces moments qui la mettent en valeur.

Les prises en charge en musicothérapie

Modalités de prises en charge

La structure qui accueille Madame P. a été ouverte en 2017. Cette unité singulière accueille des personnes de plus de 60 ans atteintes de troubles psychiatriques stabilisés (c’est-à-dire avec respect et continuité de la prise en charge, et disparition partielle ou complète des symptômes invalidants) dont le séjour hospitalier n’est plus pertinent pour leur permettre une adaptation progressive à la vie en institution.

Pour lire la suite de l’article, connectez-vous à votre espace adhérent!

Inscription ici : https://www.qmu.ac.uk/conferences-and-events/emtc-2022/registration/ 

ATTENTION! la date limite pour s’inscrire à la 12eme conférence européenne de musicothérapie est le 31 janvier

 
Cette année, aura lieu la 7ème Journée mondiale de la musicothérapie.
Dans ce cadre, le WFMT, en la personne d’Anita, mène une enquête internationale sur ce que représente la musicothérapie pour nous, en tant que musicothérapeute, ou en tant que fédération/association, ou en tant que pays.
Pour ça, elle propose d’envoyer vos réponses à l’adresse president@wfmt.info
Deux possibilités :
  • Réflexion générale personnelle autour du thème annoncé
  • 3 Pistes de réflexion :
1.     Quel(s) objectif(s) la Journée mondiale de la musicothérapie a-t-il servi dans votre pays ou votre région ?
2.     Quelle(s) signification(s) la Journée mondiale de la musicothérapie revêt-elle pour vous ?
3.     Quelle(s) signification(s) ou action(s) apportez-vous à la Journée mondiale de la musicothérapie ?
 
Soit vous consentez à ce que la WFMT partage les citations sur les médias/réseaux et d’autres supports (peut-être de futurs articles sur le site Web, des journaux historiques ou des présentations de conférence), et vous devez joindre votre consentement à votre mail ;
Soit vous voulez donner votre avis sans qu’il soit publié nulle part, vous devez pour cela préciser dans votre mail que vous ne souhaitez pas que vos noms et réflexion soient cités publiquement.
 
Une autre enquête est en cours, menée par les membres du conseil de la WFMT, sur la « télésanté ».
Le lien est ici (en anglais)
 
(pour toutes questions sur cette enquête: a.clements.cortes@utoronto.ca )
 

 

 
 
Bon week end à tous 😊 !
Aurélie

La WFMT vous transmet ses voeux!

 

Nous vous invitons à consulter le document PDF envoyé par la présidente de la Fédération Mondiale en cliquant ici

Celle-ci nous rappelle 3 points importants:

  • 1er mars : journée mondiale de la musicothérapie

  • Le concours annuel de photo ouvre dès le 21 janvier prochain. Les critères pour cette photo de la journée mondiale de la musicothérapie sont :

    • L’originalité : le fait que la photo soit unique, tout en s’assurant que les droits d’auteur sont respectés

    • Le degré de compréhension : s’assurer de faire comprendre la MT avec précision au public

    • L’importance : une photo pertinente, qui sensibilise, et défend la MT

    • L’esthétisme : la photo doit certes attirer l’œil du spectateur mais aussi impacter ses pensées, ses émotions et sa curiosité

Les photos doivent être soumises à northamerica@wfmt.info  Le gagnant sera annoncé le 27 février 2022.

  • Les membres peuvent continuer à soumettre de la musique qui sera diffusée lors de la Journée mondiale de la musicothérapie.

Pour cela il faut envoyer un extrait de chanson à president@wfmt.info avant le 20 janvier (date prolongée).

 

« Le musicothérapeute, mêlé à la relation, n’est pas dans la position de “celui qui sait” mais plutôt de “celui qui contient” plus qu’il ne maîtrise » (Ducourneau in Éléments de musicothérapie, 2014).

De septembre 2017 à juin 2020, je suis intervenue comme musicothérapeute dans trois services de psychiatrie infanto-juvénile à l’hôpital d’Annecy, à raison de trois demi-journées par semaine. Dans ce service, la plupart des patients présente des troubles du spectre autistique avec un diagnostic non précisément déterminé. L’expérience que je rapporte ici se réfère à la prise en charge groupale de deux patients de l’hôpital de jour (HDJ), Esteban, huit ans, et Maxime, neuf ans, en co-thérapie avec une infirmière, musicienne par ailleurs. Échelonnée sur trois années scolaires, cette prise en charge m’a permis d’observer les enfants dans différentes situations groupales et individuelles. De mon côté, l’expérience m’a amenée à certaines prises de conscience vis-à-vis de ma pratique de la musicothérapie avec ce profil de patients.

Accédez à la suite de l’article en vous connectant à votre espace adhérent!

Bonjour à tous
Je suis une interne de médecine d’urgence au Centre Hospitalier de Gap.
Dans le cadre de ma thèse, je suis en train de réaliser une étude sur l’effet de la musique sur la douleur et l’anxiété liées aux soins lors des sutures de plaies aux urgences.
Je serais ravie de travailler avec des musicothérapeutes sur ce projet.
Je serais également intéressée par des suggestions de lectures et publications sur le sujet.
Je vous remercie pour l’attention que vous pourriez porter à mon travail,
Cordialement,
Marie Charron
Interne en médecine d’urgence CH Gap
mariecharron3@gmail.com

Pour accéder à l’interview, connectez-vous à votre espace adhérent!