Articles

“Musicothérapie, polyhandicap et troubles de l’attachement

Durant six mois, dans le cadre de mon stage de professionnalisation de musicothérapeute, j’ai accompagné des enfants et adolescents en situation de polyhandicap à raison d’une séance de musicothérapie par semaine pour chacun d’eux. Ces jeunes, hébergés à l’internat de l’IMES (Institut Médico Éducatif Spécialisé) à la semaine pour certains et de manière permanente ou presque pour d’autres, ont pour point commun d’avoir des vécus familiaux complexes et douloureux. Ce cas clinique concerne plus particulièrement l’un d’entre eux, en situation d’abandon maternel. Cette part de son vécu a très vite pris une grande place au cours des séances de musicothérapie. Cet enfant a en effet rapidement manifesté des signaux de carence et d’insécurité affective, en plus de ses difficultés relationnelles et communicationnelles inhérentes à sa situation de polyhandicap, révélant de forts troubles de l’attachement, au sens où John Bowlby l’entend.”

 

Pour lire la suite, connectez-vous à votre espace adhérent!

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.

MUSICOTHÉRAPIE ET INSÉCURITÉ AFFECTIVE CHEZ L’ENFANT DÉFICIENT INTELLECTUEL – Etude du lien entre sécurité affective et émergence de la voix

Présentation du sujet

Le cas suivant a été étudié dans le cadre de mon projet de fin d’études de la formation de Musicothérapie de l’Atelier de Musicothérapie de Bourgogne de septembre 2022 à juillet 2023. Ma première rencontre avec les jeunes de l’Institut Médico Pédagogique (IMP) s’est déroulée lors d’un stage d’observation, environ six mois avant la première prise en charge. Etant dans le non verbal, et après des échanges avec le chef de service et l’éducatrice spécialisée, Clara (le prénom a été changé) a été choisie pour suivre les séances de musicothérapie, permettant peut-être de tenter d’ouvrir les « canaux de communication », propre à Rolando Benenzon. Durant les séances, je me suis interrogée en quoi la musicothérapie permettait l’émergence du vocal auprès de Clara, déficiente intellectuelle et dans un contexte d’insécurité affective. J’ai supposé que l’espace thérapeutique sécure permettait de construire une sécurité affective grâce au lien thérapeutique et permettait l’expérimentation et l’exploration vocale et sensorielle.

Vous souhaitez lire la suite de l’article? Connectez-vous à votre espace adhérent!

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.