Articles

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir ce contenu.

L’Association ALLER PLUS HAUT recrute pour son service d’activités de jour du foyer de vie la Licorne accompagnant des adultes en situation de déficience intellectuelle :

Un/une Musicothérapeute

Profil exigé :
* Diplômé en Musicothérapie avec expérience dans le handicap

Ou

* Diplômé Moniteur Educateur ou Educateur Spécialisé avec une expérience réussie de 5 ans minimum en musicothérapie

Durée du contrat : indéterminée
Temps de travail : temps plein – Horaires continus – Pas de travail les week-end ou les jours fériés
Lieux de travail : Foyer de vie la Licorne – La Roche sur Foron (74800)
Convention collective du 15 mars 1966
Poste à pourvoir à compter du 1/10/2019
Rémunération base CC 15/3/1966 : selon diplôme et expérience – Reprise d’ancienneté possible
Merci d’adresser toute candidature (curriculum vitae et lettre de motivation) avant le 23/9/2019

Type d’emploi : Temps plein, CDI

Expérience:

musicothérapeute ou similaire: 1 an (Souhaité)

Postuler

Raphael Yende. HANDICAP, INADAPTATIONS, PSYCHOPATHOLOGIE ET REEDUCATION. Master. Butembo, Congo-Kinshasa. 2019, pp.103. ffcel-02119622f

Résumé: “Le cours de « Handicap, les inadaptations, la psychopathologie et la rééducation » va essayer de présenter certaines notions majeures pouvant permettre d’appréhender dans son intégralité, les concepts « handicap » lié à la naissance et à l’acquisition sociale (environnement), tout en illustrant ses différentes facettes.

De façon plus spécifique ce cours vise à :

  • Comprendre les diverses notions liées au handicap, en partant de son étiologie (étude des causes des manifestions) et pour finir avec sa classification.
  • Décrire les caractéristiques psychologiques et physiologiques des personnes vivant avec handicap ;
  • Procéder à un dépistage du handicap et certains d’irrégularités et d’inadaptations à tous les aspects de la vie humaine.
  • Proposez une prise en charge des personnes vivant en situation d’handicap ainsi qu’une rééducation adaptée à chaque cas. »

Lire l’article

Yohann Gaillard. La communication non verbale, un dialogue de sourds ? La communication non verbale au cœur de la pratique psychomotrice auprès de jeunes sourds ayant des troubles associés. Psychologie. 2019. ⟨dumas-02178172⟩

Résumé : « Ce mémoire présente quelques particularités inhérentes de troubles rencontrés au sein d’un Centre d’éducation spécialisée pour déficients auditifs : surdité, Trouble du Spectre de l’Autisme et déficience intellectuelle. Les particularités sensorielles, cognitives, relationnelles impactent la communication des adolescents rencontrés. Le psychomotricien s’intéresse à l’utilisation d’outils de communication tels que la Langue des Signes Française, l’écrit, la Langue française Parlé Complété, les pictogrammes ou encore les cahiers de communications dont l’emploi serais soutenu par la mise en place d’une communication non verbale, moyen de communication commun à tous. Parmi les canaux d’émissions de messages corporels, on retient le toucher, le regard, la gestuelle, la posture, la distance relationnelle, les mimiques ou encore l’imitation afin de soutenir la mise en place d’une communication.»

Lire le mémoire 

C Routier, A D’Arripe, I Fourny et G Aiguier, dans Vie Sociale 2019/1-2 (n°25-26), pages 303 à 318

Extrait de l’article : « Ce projet naît dans le contexte contemporain de la participation des personnes handicapées comme droit fondamental, défi et exigence : créer un cours universitaire à partir de l’expérience et du savoir d’auto-représentants avec handicap mental. Ce cours a été conçu puis délivré avec et par des duos d’intervenants comprenant des porteurs d’une déficience intellectuelle. Une formation de formateurs a été réalisée lors des douze mois précédant les 18 heures de cours qui ont ensuite été délivrées. Chacun des duos a ainsi participé à la définition des objectifs et scénarios pédagogiques, a animé son cours, évalué les étudiants puis évalué la formation elle-même. Nous présentons les détails de la formation, puis brièvement ses retours d’expérience et la mise en place d’un certificat universitaire dans le prolongement du projet.»

Lire l’article

RIVEST, C., DIONNE, C., ROUSSEAU, M., PAQUET, A. (2019). Bilan de l’utilisation du programme EIS et analyse des plans d’intervention des jeunes enfants présentant un retard global de développement ou une déficience intellectuelle et recevant des services du CIUSSS MCQ. Collections de l’Institut universitaire en déficience intellectuelle et en trouble du spectre de l’autisme. TroisRivières (Canada) : Institut universitaire en déficience intellectuelle et en trouble du spectre de l’autisme rattaché au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. Ce document a été rédigé selon les règles de la nouvelle orthographe. Toute reproduction est interdite sans l’autorisation écrite du CIUSSS MCQ. Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec 2019 ISBN : 978-2-550-83877-7

Résumé de l’article : « Le premier volet de cette recherche porte sur les pratiques entourant la planification et l’élaboration des plans d’intervention (PI) des jeunes enfants présentant une déficience intellectuelle (DI) ou un retard global de développement (RGD) et recevant des services du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ). Le second volet concerne l’évaluation de la qualité des objectifs retrouvés aux PI de ces enfants pour l’année 2016. Pour réaliser le premier volet de la recherche, un questionnaire visant à documenter l’utilisation du programme Évaluation, Intervention, Suivi (EIS) (Bricker, 2006) auprès des enfants et de leurs familles aux différentes étapes du cycle clinique a été rempli par les 16 éducatrices ayant participé au projet. Des entrevues semi-structurées ont été réalisées à l’automne 2017 avec chacune des éducatrices. Ces entrevues portaient sur les modalités de fonctionnement entourant les différentes étapes du cycle de planification et d’élaboration des PI. Les résultats indiquent que les intervenantes possèdent une expérience significative d’utilisation des différentes composantes du programme EIS auprès des enfants et des familles. On relève notamment qu’en 2016, 82 % des 72 enfants auxquels les éducatrices offraient des services ont été évalués dans leurs milieux de vie avec l’EIS. La place centrale accordée aux parents et à leurs besoins dans le processus d’élaboration des PI a également été mise en lumière. Par ailleurs, plusieurs éducatrices ont évoqué l’impact des changements apportés dans l’organisation et le fonctionnement des équipes cliniques sur le processus de planification et d’élaboration des PI. En ce qui concerne l’évaluation de la qualité des objectifs des PI, deux membres de l’équipe de recherche ont procédé à l’évaluation des 135 objectifs issus des PI de 44 enfants. L’outil utilisé, le Checklist for writing IEP/IFSP goals and objectives for infants and young children (Notari-Syverson et Shuster, 1995), permet d’évaluer les objectifs à partir de 11 critères regroupés en 5 indicateurs de qualité. Il s’agit des aspects fonctionnel, généralisable et mesurable de l’objectif, de la facilité d’enseignement de l’habileté visée dans le quotidien de l’enfant et, finalement, du lien entre l’objectif et le but à long terme pour l’enfant. Tenant compte de ces 5 critères, les résultats indiquent que la cote de qualité moyenne par objectif est de 9,3 sur 11 indiquant que les objectifs inscrits aux PI des enfants pour l’année 2016 sont généralement de bonne qualité.»

Lire l’article en entier

W F Sullivan, J Heng, A Perry, M Bach I Casson. Le médecin de famille canadien, vol65, avril 2019

Extrait de l’article : « Ce numéro spécial du Médecin de famille canadien est consacré à l’amélioration de la santé et du bien-être des adultes ayant des DID qui vivent des transitions vers les étapes avancées de la vie ou qui ont atteint ces étapes. Parce que de tels patients ne répondent pas aux critères d’inclusion dans les services de santé gériatriques ou les services sociaux pour personnes vieillissantes, les médecins de famille jouent un rôle crucial pour qu’ils soient bien soignés. Les médecins de famille sont les mieux placés pour optimiser la santé des adultes plus âgés ayant des DID. Ils peuvent offrir des soins préventifs et aider à la planification préalable des soins; plaider pour obtenir des ressources à l’appui du bien-être et de l’épanouissement des patients; éviter les interventions dont ces patients ne veulent pas; et prévenir les visites inappropriées aux services d’urgence, les séjours prolongés à l’hôpital et le placement prématuré dans des établissements de soins de longue durée, de même que la polypharmacie extrême et préjudiciable. Ils peuvent aussi atténuer le stress des aidants de ces patients, qui vieillissent eux aussi. Ces rôles contribuent au bien-être à la fois des aidants et des patients. »

Lire l’article